Les cinq vies de Corbehem, De Béghin à Stora Enso, l'aventure d'une usine , Pagine éditions, Paris, 1998

L'histoire d'une entreprise est toujours passionnante : avec le recul, chaque événement en apparence particulier et bien localisé porte le marque d'une époque, d'un type de management et d'organisation, reflète l'économie d'un pays, s'inscrit dans des phases générales d'innovations technologiques. L'usine de Stora Enso de Corbehem, à travers ses multiples facettes, s'inscrit parfaitement dans l'histoire de l'industrie française. Elle a aussi ses gènes distinctifs et l'histoire de son parcours, au fil des décennies, apporte des éléments nouveaux de compréhension de l'évolution des entreprises du Nord-Pas de Calais.

Industrialisation et Sociétés en Europe occidental 1880 - 1970, Jean-Paul Barrière et Marc de Ferrière le Vayer(dir.), Ellipses, Paris, 1998

Ce Recueil intéresse tous ceux qui souhaitent étudier une période où la "seconde industrialisation" fait entrer l'Europe occidentale, à des rythmes très variables selon les pays, dans l'ère de la société de consommation. Il regroupen des documents très divers (textes officiels ou émanant des acteurs économiques et sociaux, témoignages, sources d'entreprises, statistiques, cartes, ...) autour de divers thèmes de réflexion.

Il est composés de textes et de sources, notamment statistiques permettant de confronter les différents pays : France, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne, Benelux. Composés de documents "classiques" mais aussi d'autres plus originaux, difficiles d'accès ou traduits, leur présentation s'accompagne de quelques pistes de travail initiales, des rappels de définitions indispensables, d'une chronomogie et d'une double bibliographie, générale et thématique.

Christofle, 150 ans d'Art et de Rêve, Dossier de l'Art, N°2, Dijon, 1991

Table des matières

  • Histoire d'une maison prestigieuse p.4-11
  • Le décor et le travail du métal p.12-19
  • 150 ans de création p.20-45
  • Christofle et les arts décoratifs p.48-58
  • Les lieux du rêve: paquebots, trains et palaces p.60-67
  • Christofle aujourd'hui p.68-69

Georges Demen, Pionnier du cinéma Auteur : Laurent Mannonni, Co-auteurs : Marc de Ferrière le Vayer et Paul Demen, Pagine éditions, Paris, 1996

Grand Prix Jean Fage du Musée Français de la Photographie

Au soir de sa vie, Georges Demenÿ racontait avec amertume que le cinématographe représentait pour lui "une phase pénible" de son existence "une incursion malheureuse dans l'industrie et les affaires, deux terrains glissants sur lesquels celui qui cultive la science ne devrait pas s'aventurer". Pourtant, la part de Georges Demenÿ dans l'avènement du septième art est aujourd'hui incontestable et cet ouvrage en apporte pour la première fois des preuves. En effet, Laurent Mannoni, responsable de collections à la Cinémathèque française, spécialiste de l'histoire du cinéma, retrace avec minutie le parcours de Georges Demenÿ et la naissance du cinéma à travers les brevets, les contrats et ce que l'on appelerait aujourd'hui l'espoinnage industriel.

Christophe, Deux siècle d'aventure industrielle, 1793 - 1993, Le Monde éditions, Paris, 1995 

Leader mondial dans le domaine de l'orfèvrerie argentée, la société Christofle tire aujourd'hui encore profit de deux siècles d'innovations et d'excellence industrielle. Fondée en 1793 par deux frères et une soeur, elle connaît sou le Second Empire un formidable développement.
Ayant compris, avec un siècle d'avance l'utilité d'une bonne communication, Charles Christofle (1805-1863) mène une politique très active de promotion de sa marque. Conscient que la bourgeoisie montante est une clientèle sensible à l'"effet d'exemple", il obtient des commandes de Louis-Philippe et surtout de Napoléon III. Patron "progressiste", il met aussi en place des innovations sociales comme l'assurance maladie en 1945, le plan d'épargne entreprise en 1851 et l'enseignement en alternance. De même, Christofle est une entreprise pionnière dans le domaine technique. En 1845, elle est la première à utiliser l'électricité comme source d'énergie, première à transformer l'aluminium en 1852. Et en 1872, elle permet la mise au point des machines électro-magnétiques. Et si elle équipe les grands palaces et les paquebots, "France" et "Normandie", elle est aussi l'auteur des statues du toit de l'Opéra de Paris ou celle de notre Dame de la Garde à Marseille. Mais comment faire face aux changement de mode, à l'érosion du nombre des mariages et des listes qui les accompagnaient, au ralentissement brutal de la consommation? Tel est le défi posé aujourd'hui aux Borletti, la brache italienne de la famille, qui, comme lors de la crise des années 1930, vient au secours de l'entreprise créée il y a près de deux siècles.

loading...
loading...
loading...

Back to top